Témoignages

 

Saint Jean de Douai

 

     Avant d’arriver à Saint-Jean de Douai, je me préparais psychologiquement aux pires années de ma vie. Je ne savais pas où j’allais débarquer, ni qui j’allais rencontrer. Pour moi, la prépa, c’était ce suicide social, ces deux années sombres durant lesquelles seul le travail rythmerait mes journées. Comme tout le monde, j’avais entendu parler de ces prépas où les élèves se tiraient entre les pattes, gardaient un poly pour eux et jetaient le reste.

 

     Mais Saint-Jean n’est pas une prépa comme les autres. A Saint-Jean, vous rencontrerez des personnes formidables avec qui vous trimerez au travail, mais aussi avec qui vous vous détendrez à l’occasion. Ici, l’entraide adoucira vos soirées de travail et vous consolera de votre myopie naissante.

 

     Alors s’il fallait résumer en un mot mes deux années à Saint-Jean, ce serait « intense ». Intense parce que vous allez devoir travailler dur, mais vous ne serez jamais seuls dans cette galère. Votre promo sera comme une seconde famille, toujours là pour appliquer la fameuse maxime douaisienne : « Pas de demi travail, pas de demi repos ». Et peut-être que vous aussi, dans deux ans, vous aurez la chance de devenir parrain ou marraine de promo, ne serait-ce que pour prolonger un peu l’aventure Saint-Jean.

 

Alexandra SHEN a intégré l'EM Lyon

Promotion 2013-2015

 


 

"Pas de demi-travail, pas de demi-repos" C'est cette devise, apprise dès les premiers pas dans le Douaisis, qui aura éclairé mes deux années à St Jean. Pas de demi-travail, car ici l'ardeur, la motivation, l'ambition et l'endurance sont des valeurs clés. Des enseignants toujours disponibles, tant pour les cours que pour le moral. Une équipe pédagogique qui nous soutient, nous encourage et nous accompagne. Et surtout, une émulation collective unique et formidable. S'il s'agit de se dépasser, j'y ai appris que c'est tous ensemble que l'on y arrive le mieux. Et que l'on atteint les sommets les plus hauts. Mais pas de demi-"repos" non plus, car l'ambiance de St Jean est quelque chose d'exceptionnelle. Une famille, soudée, vivant ensemble, souffrant ensemble, et se réjouissant ensemble. Une communauté partageant efforts, épreuves, mérites et joies. Des moments forts, et des souvenirs plein la tête. Si d'aucuns considèrent l'univers des classes préparatoires comme celui du "marche ou crève", à St Jean j'y ai découvert celui du "marche et rêve".

 

Baptiste Granet a intégré l'EDHEC
Promotion 2013-2015

 


 

De l'appréhension, c'est ce qu'on ressent lorsqu'on entre en classe préparatoire. Mais très vite, le doute laisse place à la certitude de vivre l'une des expériences les plus enrichissantes qui soient. Certes la prépa, c'est un travail sans trêve et un combat sans pareil. Mais à Saint Jean, ce sont aussi des rencontres sans égal et des moments de joie inouïe. Savoir travailler, savoir se détendre, voilà le juste équilibre qu'on y trouve. Deux ans plus tard, c'est non sans nostalgie que je quitte ses murs et ses professeurs.  Le jeu en valait la chandelle, assurément.

 

Luca Vieren a intégré l'EM Lyon

Promotion 2013-2015

 

 


Plusieurs possibilités pour la présenter et pourtant je suis contrainte à quelques lignes.

Introduction: Institution Saint Jean, Douai, ECS – ECE, professeurs et ambiance exceptionnels.

Non, trop classique.

Saint Jean c'est une histoire d'intensité!

Intenses seront tes années entre moments de déception et d'euphorie.

Saint Jean c'est une histoire de dépassement de ses limites !

Les limites tu n'en auras plus avec tes amis de prépa : tu leur dévoileras tout, tu apprendras à vivre tes échecs et tes succès avec eux.

Les limites tu les affranchiras avec tes professeurs pour devenir acteur de ta vie!

Bercée par le dur travail, par les traditions, par les mauvaises notes, par les chants de logements, à Saint Jean j'ai vécu les meilleures années de ma vie.

Mais il faut le vivre pour y croire.

 

Claire MOULY a intégré l’EDHEC

Promotion 2013-2015

 


 

S’il est difficile de résumer ces années magiques, dès que je repense à St Jean, «pas de demi travail, pas de demi repos» est la première expression qui me vient à l’esprit. En effet, chaque période de travail se doit d'être intense mais la vie en internat l’est tout autant car Saint Jean devient petit à petit notre deuxième famille. Il faut pour être un membre de cette grande famille: savoir travailler et être le plus efficace lors des temps de travail mais aussi savoir profiter des avantages de l’internat lors des pauses. 

 

Je ne vais pas mentir je me suis investie et j’ai travaillé comme jamais je ne l’avais fait mais je n’ai aucun regrets. D’une part car mes efforts ont payé et car j’ai réussi à intégrer une très belle école. Mais surtout parce que j’ai eu la chance de partager et de traverser ces moments (parfois difficiles) avec des personnes magnifiques et qui sont désormais (je l’espère) mes amis pour la vie. 

 

Malgré tous les a priori sur la prépa, mes années Saint Jean ont été merveilleuses. Donc pour finir je n’aurai qu’à vous conseiller de PROFITER et de METTRE A PROFIT ces années St Jean pour avoir l’école que vous souhaitez et pour créer des liens très forts. 

 

Margaux Theillier a intégré l’ESSEC

Promotion 2013-2015

 


 

 

Comment résumer ces grandes années en quelques lignes ? Je dirais qu’à Saint-Jean, j’ai vécu 3 années fabuleuses en dépit de l’immense quantité de travail abattue. Être à Saint-Jean, c’est avant tout un privilège : privilège de travailler différemment, privilège de vivre en internat  et de nouer des amitiés pour la vie, privilège de ne garder que des bons souvenirs de sa prépa. Cela semble quelque peu utopique, mais lancez-vous, vous aurez pris la bonne décision !

 

Pierre SIMON a intégré l’EDHEC

Promotion 2013-2015

 


 

Alors que la grande majorité voit les classes préparatoires comme un tremplin pour accéder aux grandes écoles, j’ai toujours considéré que St Jean était une famille, un réseau que tu garderas pour le restant de ta vie. Je ne vais pas vous mentir, il est clair que le travail est prenant, les heures sont longues surtout durant l’hiver et il arrivera des jours où tu te poseras des questions. En revanche, ce « marathon » vous est rendu plus facile grâce à un excellent encadrement académique, des camarades de promotion généreux et des parrains de promotions attentionnes qui sont toujours la pour vous guider. Ainsi, choisir la prépa n’est pas un choix facile mais choisir St Jean c’est l’un des choix les plus faciles que vous aurez à faire dans votre vie.

 

 

Alexandre Douillet a intégré l’ESCP  

Promotion 2012-2014

 


 

Je m'appelle Claire, et je suis aujourd'hui étudiante à Grenoble École de Management. J'ai fait deux ans de prépa à Douai et à l'issue des concours en deuxième année, j'ai été dans l'obligation de cuber. J'ai choisi St Jean. Saint Jean est une vraie famille : les professeurs et l'administration sont extrêmement à l'écoute et disponible. Alors que j'habitais à quelques kilomètres de Douai, je ne rentrais presque pas chez moi, tant je m'y sentais bien avec ma nouvelle famille. Les relations entretenues avec nos camardes de Prépa sont très fortes.  La prépa est plus qu'une étape dans nos études, c'est une expérience humaine incroyable. La politique de l'établissement est de responsabiliser les élèves et de les faire grandir, dans un environnement favorable grâce aux internats et à l'ouverture tardive de l'établissement pour travailler. Et, même si la prépa peut apparaître comme un moment difficile à passer, Saint Jean m'a appris à me dépasser et à travailler dur, dans la bonne humeur et la confiance.   En partageant mes expériences avec mes nouveaux camarades d'école, je prends conscience de la chance que j'ai eue de m'être préparée aux concours à Saint Jean. Ici, la Prépa n'est pas un monde de compétition mais d'entre-aide, ce n'est pas du formatage, c'est apprendre à réfléchir. 

 

Claire RENAULT a intégré l’ESC Grenoble

Promotion 2012-2014

 


 

 

Après la découverte des résultats APB, j’étais presqu’effondrée. Moi qui avais toujours voulu faire une école d’ingénieur, me voilà inscrite à Saint-Jean de Douai en ECS. Moi qui rêvais de mathématiques abstraites, de physique, de science de l’ingénieur, me voilà réduite à faire de la géopolitique, des langues et de la culture générale… je n’avais pas du tout prévu mes années de prépa comme cela. Et pourtant, ce que j’ignorais à l’époque et ce dont je suis maintenant sûre, c’est qu’en allant à Saint-Jean - certes plus par défaut que par choix - j’allais vivre les deux meilleures années de ma vie jusque-là. Dès le premier jour du stage de langues, je songeais déjà que j’allais me plaire à Douai. Ce microcosme dans lequel nous vivons et cette chance d’avoir accès à un internat en première année favorisent les rencontres fructueuses avec nos futurs amis, et les relations qui se nouent sont véritablement profondes, durables, et deviennent essentielles à notre réussite et notre moral. Pour ma part, j’ai essayé de développer ces relations sociales, car j’étais persuadée de la richesse des gens qui m’entouraient et je ne voulais pas passer à côté de qui que ce fût. A quiconque me demandait comment je vivais ma prépa, ma réponse était invariable : il m’aurait été impossible d’être aussi heureuse et épanouie dans un autre cursus. Il n’y a pas eu un seul jour où je me sois ennuyée : à chaque fois mes journées était égayées par la présence de mes amis et de mes professeurs. Car que dire d’eux, tous aussi brillants les uns que les autres ? Le travail, qui est évidemment une partie considérable de la prépa, est grandement facilité par la dévotion de nos professeurs, prêts à tout pour notre réussite, et par notre envie de les contenter. Le travail, ce fardeau nécessaire, peut nous faire penser au rocher de Sisyphe. Chaque jour, alors que nous pensons avoir effectué une montagne de travail, et avoir avancé dans notre tâche, on se rend finalement compte qu’il faut tout recommencer le lendemain, et si la tâche peut sembler infinie, elle a pourtant une date limite, celle du début des concours. Mais en réalité, malgré les aléas de la prépa, malgré les pertes de confiance inévitables en nos capacités, malgré la peur indéfinissable des concours, chacun finit par arriver au bout de ses peines, et en ressort grandi, tant intellectuellement que personnellement. Et une fois cette épreuve finie, une fois que la porte de la tant attendue école de commerce nous est ouverte, on repense tout ému à ce qu’on vient de vivre, et même si l’on sait que la suite va bien se passer, c’est toujours avec un brin de nostalgie qu’on repense à nos souvenirs douaisiens. Force et honneur à tous les futurs douaisiens, vous n’imaginez même pas ce que vous allez vivre et je donnerai beaucoup, aussi étrange que cela puisse paraître, pour revivre cela une deuxième fois.

 

Victoria Guerendel a intégré HEC

Promotion 2013-2015

 


 

   Je m'appelle Grégoire Leroy, 20 ans, j'ai eu la chance d'effectuer deux ans de prépa à Saint-Jean avant d'intégrer une grande école de commerce. Je suis l'un des heureux parrains de la promotion 2015-2017 et je vais vous faire part de mon expérience à Douai.

 

   Tout d'abord je tiens à souligner que la prépa Saint-Jean est l'une des rares prépas dans laquelle tout le monde a sa chance à condition d’être motivé. Pour ma part, je suis issu d'un lycée de province et j'ai un bac ES mention AB (12.6).

   Une autre spécificité de cette prépa est l'esprit d'équipe et d'entraide qui circule entre les élèves. Cela est favorisé par l'existence d'un internat. Ce système permet à la fois de se sentir bien entouré et aidé.

   Ensuite, la prépa Saint-Jean dispose d'excellents professeurs qui arrivent pour la plupart à mêler l'humour avec le travail pour des journées moins lourdes. Beaucoup sont même auteurs de très bons ouvrages de prépa.

   La prépa Saint-Jean ne permet pas uniquement un apprentissage des connaissances mais j'ai également appris à surmonter les échecs, à vivre en communauté, à m'organiser, à être rigoureux, à maîtriser mon temps et mon sommeil, à écrire correctement, à enregistrer plus rapidement... Toutes ces qualités qui forment les dirigeants de demain.

   Finalement, le rythme de travail sera très intense et il y aura des moments très difficiles mais après ces deux années, je n'ai retenu que les bons moments et je n'ai qu'une envie: retourner à Douai encourager mes filleuls! 

 

   La prépa Saint-Jean est un faiseur de rêve!

 

Grégoire Leroy

Promotion 2013-2015

 


 

 

Saint Jean selon moi

 

Après 3 ans passés dans le Douaisis c’est avec le cœur lourd que je quitte cette prépa pas comme les autres. Heureuse d’intégrer enfin une grande école de commerce certes, mais tout de même très nostalgique...

Si je devais donner un mot, ce serait complicité : que ce soit entre les étudiants, avec les professeurs ou les membres de l’administration, Saint Jean a toujours été et restera ma deuxième famille, mon second foyer !

C’est la raison pour laquelle j’ai souhaité être marraine de cette nouvelle promo, pour avoir l’occasion de guider fièrement la relève, les coacher, les accompagner et leur rappeler que la prépa c’est comme le Nord, on pleure deux fois : quand on arrive mais surtout quand on repart.

Aujourd’hui c’est avec des étoiles dans les yeux que je parle de cette prépa qui a autant été une expérience humaine que pédagogique. Je ne peux que conseiller cette expérience et j’espère que les générations à venir continueront à tenir mon discours suite à leur départ de cette prépa.

 

Alors merci Douai, et surtout merci Saint Jean !

 

Laurine B a intégré Audencia

Promotion 2012-2014